La cigarette électronique fait-elle encore peur ?

La cigarette électronique fait-elle encore peur ?

Bien que les plus récentes études sur la cigarette électronique soient positives pour nous vapoteurs, il semblerait que la propagande anti-vape continue d'être efficace. 

La cigarette électronique cause-t'elle un risque d'infarctus du myocarde ? 

Plus de dix ans après la démocratisation de la cigarette électronique on pourrait penser que sa capacité à améliorer la santé par rapport à la cigarette à combustion fait partie des connaissances communes. Malheureusement encore trop d'organisations, telles que l'OMS (cf article sur le dernier rapport de l'OMS) essaient de faire croire que la cigarette électronique est tout aussi nocive que la cigarette à combustion, voire plus. 

Mais pourquoi un tel acharnement sur la vape? 

La réponse est simple : le lobby des Big Tobaccco. 

Ennemis jurés des professionnels de la vape - et souvent du bon sens - les Big Tobacco sont les organismes tels que Philip Morris International, Altria, British American Tobacco ; en sommes les plus grosses entreprises dont le marché principal est le tabac.

La cigarette électronique électronique a vocation à être un outil de sevrage tabagique, et sans fumeurs ces entreprises n'auraient plus de clients. On peut donc comprendre, sans l'accepter pour autant, leur volonté de discréditer la cigarette électronique. 

Il faut savoir aussi que beaucoup de ces entreprises travaillent ou collaborent avec des professionnels de santé, certains célèbres et publiés. C'est là que vient le nouveau danger de ces derniers : la désinformation. 

Les études sur la cigarette électronique ne sont pas toutes à prendre à la lettre  

Les études sont supposés être libre de tout biais, malheureusement lorsque l'on touche à des thématiques telles que la cigarette électronique, il est compliqué de faire abstraction de son opinion. Cependant, tout l'intérêt d'une étude est de se faire une opinion, que l'on soit un particulier, un professionnel de santé ou un organisme gouvernemental.

Alors quand on voit des études (visible en ligne) telles que celle des docteurs Talal Alzahrani, Ivan Pena, Nardos Temesgen, Stanton A. Glantz sur l'Association entre l'utilisation de la cigarette électronique et les infarctus du myocarde, qui a été utilisé à maintes reprises pour justifier de faire peur, il est temps de remettre les points sur les i. 

Car en effet, l'objectif de cette étude était de démontrer le lien de causalité entre le cigarette électronique et l'infarctus du myocarde. Pour le docteur Stanton A. Glantz, cette étude le démontre en effet. Et même l'OMS se fait une joie d'utiliser cette étude dans son rapport de 2020. Et pourtant....

Une contre-étude invalide les résultats de l'étude sur la relation entre cigarette électronique et infarctus du myocarde. 

Vous pourrez trouver cette étude dans sa version originale, en anglais ici. Si vous la préférez en français, nous l'avons traduite pour vous ici. 

Voici les trois études ciblées par cette contre-étude : 

  • Alzahrani T, Pena I, Temesgen N, Glantz SA – Association between electronic cigarette use and myocardial infarction. Am J Prev Med. 2018; 55 ([published correction appears in Am J Prev Med. 2019;57(4):579–584]): 455-461https://doi.org/10.1016/j.amepre.2018.05.004
  • Bhatta DN, Glantz SA – Electronic cigarette use and myocardial infarction among adults in the U.S. in the Population Assessment of Tobacco and Health. J Am Heart Assoc. 2019; 8 ([retracted in: J Am Heart Assoc. 2020;9(4):e014519])e012317https://doi.org/10.1161/JAHA.119.012317
  • Vindhyal MR, Ndunda P, Munguti C, Vindhyal S, Okut H – Impact on cardiovascular outcomes among e-cigarette users: a review from National Health Interview Surveys. J Am Coll Cardiol. 2019; 73 (9): 11https://doi.org/10.1016/S0735-1097(19)33773-8

Méthodologie : 

Cette contre-étude s'appuient sur les trois études précédentes mais particulièrement sur celles de Glantz et Alzahrani. 

L'étude d'Alzahrani et ses collègues se portent sur les données des enquêtes NHIS de 2014, 2015, 2016, et 2017-2019.

Elle étudie si lien entre l'e-cigarette et l'infarctus du myocarde dépend de l'utilisation de cigarette combustible. 

Elle ajoute aussi une donnée de temporalité, vérifiant si la relation entre vapotage et infarctus s'accroit au fil du temps, ce qui démontrerait le lien de cause à effet.

L'étude de docteur Glantz, Alzahrani et leurs collègues se base sur un groupe d'individus aléatoire, certains fumeurs n'ayant jamais vapé, fumeurs et vapoteurs, vapoteurs anciens fumeurs, et vapoteurs non fumeurs. 

Rappelez-vous que l'étude ré-étudiée devait définir si l'e-cigarette peut être cause d'infarctus. 

Parmi le groupe test, seuls trois individus sont vapoteurs et n'ont jamais fumé. Parmi ces trois individus, un seul a subi un infarctus du myocarde, mais cet individu est également en surpoids et a des antécédents d'hypertension et de cholestérol ; difficile donc d'affirmer que la cigarette électronique a été la cause de son infarctus.

Résultats : 

D'après l'analyse des données de la NHIS pour 6 années, la contre-étude démontre que l'association entre vapotage et antécédents d'infarctus du myocarde dépend des antécédents de consommation de cigarettes combustibles. 

Un de leur pairs a souligné qu'il serait plus intéressant d'étudier le lien de causalité entre et l'IM et la cigarette électronique avec des sujets n'ayant jamais fumé de cigarette combustible. Ceux à quoi Glantz et Alzahrani ont répondu : "Nous n’avons pas besoin d’effectuer ce genre d’analyse... parce que nous avons utilisé une analyse multivariable qui est ajustée pour tenir compte des facteurs confusionnels, y compris le tabagisme. " 

Les résultats des études de Glantz, Alzahrani et leurs collègues ne font pas la distinction entre la vape seule et les antécédents d'utilisation de cigarette combustible et selon eux :  "Le fait que l’utilisation des cigarettes électroniques et des cigarettes conventionnelles soit incluse dans la même régression logistique signifie qu’elles contribuent toutes deux indépendamment au risque d’avoir eu un infarctus du myocarde." 

Ces déclarations, pour les scientifiques responsables de la contre-étude, "confondent une hypothèse que les chercheurs eux-mêmes ont placée dans leur modèle (selon laquelle les cigarettes électroniques et les cigarettes conventionnelles présentent des risques indépendants) avec les conclusions que leur modèle a permis de tirer.".

Que faut-il tirer de ces études ? 

  • Les études citées précédemment ne prouvent pas le lien de causalité entre la cigarette électronique et l'infarctus du myocarde 
  • La fiabilité du résultat d'une étude sur la cigarette électronique dépend des antécédents de tabagisme
  • Il y a une baisse du nombre de fumeurs prêts à passer à la vape, à cause de ce type d'études fallacieuses

 

Ajouté au panier !
Quantité
Continuer mes achats